La passion des montres, je l’ai toujours eue, un rapport et une attirance qui me sont venu très tôt sans savoir réellement pourquoi. Le sujet de l’horlogerie est tellement passionnant, que je n’ai aucun doute sur le fait qu’il y en aura d’autres.

 

Rapport de Gentlemenclover vers l’horlogerie :

Un petit article de l’époque me concernant sur lesrhabilleurs

Site que l’on ne présente plus tant la qualité et le contenu des articles y est justes et de qualité.
Une introduction me concernant, qui n’est plus tout à fait valable ce jour, mais qui reste bien présente.

Triton mon coup de cœur

Mon histoire avec la marque est assez récente, toujours avec un lien particulier du réseau et d’instagram. Un ami (Christophe) et client de l’enseigne, met en ligne la dernière arrivée dans sa collection. Tout comme ce fut pour lui, le « like » est enclenché. À mon tour, je m’empresse de remercier, Jean-Sébastien Coste pour son suivi et de fil en aiguille nous prenons rendez-vous pour qu’il puisse me raconter l’histoire de la montre. Une histoire qui va s’avérer passionnante car au final, même s’il n’en est pas le fondateur initial, il est à l’initiative de sa renaissance avec son associé Philippe Friedmann.

 

Sans histoire, la montre n’est pas grand-chose. 

Plutôt typé pour des aventuriers ou explorateurs, surprenant de pouvoir penser ce modèle « Sartorial ». Lorsque nous accrochons sur une enseigne, y-a-t-il réellement un rapport à lui donner avec notre vêtement ou notre style ?

Vous me direz que non, et pourtant j’aurais tendance à penser que oui. 

J’aime pour ma part, associer mes montres à mes tenues, en général le choix se fait sur la couleur du bracelet fonction de la tonalité de l’ensemble. C’est assez simple en fait, car le choix du modèle à porter se fait en dernier. Sur ce point, d’ailleurs l’enseigne propose une catégorie « Tailor Made » le principe étant justement d’avoir un Subphotique différente et donne un produit unique, issu de votre imagination.

Mon choix : J’aime l’ensemble de la gamme Triton, mais j’ai fixé mon choix sur le modèle et série limitée à 63 unités (1963) « NAVY GREEN TRIPLE BLACK » en hommage aux montres de plongées militaires. Résister au vert, m’est difficile et je me dis qu’elle ira parfaitement avec mon premier costume bespoke bntailor. Il me sera cependant difficile de résister si un fond crème arrive prochainement…

Pour reprendre sur l’histoire de Triton, un jour, deux passionnés de l’horlogerie et collectionneur de montres vintage, se retrouvent autour de cette Triton Spirotechnique et découvrent que la marque est en perdition non pas dans l’océan ce qui serait dramatique pour une plongeuse, mais dans son concept. 

 

Un passage chez BFM business qui aide à mieux comprendre qui sont
Philippe FRIEDMANN et Jean Sébastien COSTE

 

Jean-Sébastien, recherche alors les coordonnées du propriétaire de Triton et tombe sur sa veuve. L’enseigne appartenait depuis le début des années 1990, à un juriste suisse qui était un féru passionné d’horlogerie. Il avait d’ailleurs à l’époque reprit d’autres enseignes mais le choix de Triton restera une énigme. Force de sa proposition, la dame accepte. Sans trop savoir l’idée qu’avait son mari.

Passé dernière toute cette histoire ne sera pas chose facile, mais les deux hommes font les choses bien. Garder l’ADN est une priorité, entre un modèle de 1963 et un modèle de 2015 certes certains points évoluent comme nos goûts, mais dans l’esprit générale Triton reste de même.

La Triton des années 2015 s’appellera à présent Triton Subphotique. On retrouve globalement les mêmes traits que son ancêtre. Mais avec quelques atouts, telle la lunette en saphir bombé ou le boitier qui passe d’un 37-39 mm à 40-41 mm. Plus imposant uniquement sur cette différence de mesure, car celui-ci est moins épais ce qui avec un poignet fin comme le mien, donne la montre confortable au porté. 

Pour le mouvement, on sera sur du made in Suisse, avec un 42h de réserve de marche. Pas de risque ce mouvement Soprod A10 n’est plus à présenter pour les amateurs et passionnés de montres.

Pour le rapport Sartorial, une entre-cornes de 21 mm permet d’adapter de beaux bracelets. Mais à vrai dire, cette montre en a-t-elle réellement besoin tant sa ligne de bracelet est réussie. 

 

 

Pour 2017, on innove dans la couleur, avec de nouveaux cadrans qui se déclinent à « Atlantic blue », « Pearl Grey » « Classic Black » « Vert Kaki Mat » un peu comme le choix d’une cravate. Je dois vous avouer que j’avais littéralement craqué sur le « Atlantic blue » dès sa sortie, mais le « Classic Black » n’est pas en reste. Bref comme je peux vite changer de choix, je prendrais le « Vert Kaki Mat » … 

 

 

Si vous avez apprécié ces quelques lignes et que vous souhaitez craquer, la Subphotique est à votre disposition par iciUne petite prise de risque pour son prix, je vous l’accorde car vous pourriez facilement vous tourner vers une enseigne qui parle plus. Mais nul doute que le passionné que vous êtes, aimera avoir une pièce plus original.

Son point faible ? De ne pas encore l’avoir au poignet.

Pour conclure, deux mots me viennent à l’esprit, personnalité et qualité = Triton.

 

Les photos pour cet article sont en partie de moi, mais aussi de cet ami qui m’a fait découvrir cette belle enseigne. Un homme de goût et passionné, merci Christophe pour ces magnifiques mises en scène.

 

Quelques questions pour Jean-Sébastien Coste :

1/ JSC d’où te viens cette passion de l’horlogerie ?

Cette passion vient de mon père (ce héros) qui m’a transmis aussi l’amour des autos et c’est d’ailleurs en vendant une voiture de collection que j’ai rencontré mon futur associe Philippe avec au bout la renaissance de cette belle marque – Triton – qui était tombée dans l’oubli.

2/ Ta première Triton, à quel âge ? Peux-tu nous raconter son histoire ?

Ma première Triton au début de la trentaine après être passé par la case Rolex Su mariner 5513 au verre bombe acrylique de la fin des années 70 (sans cyclope – déjà le gout d’une certaine discrétion, à mon avis bon vecteur d’élégance). Après avoir concrétisé ce rêve d’adolescence, j’avais la frustration d’avoir une marque pas si exclusive (au poignet de beaucoup) et j’ai donc recherche une « plongeuse » atypique ; c’est ainsi que j’ai découvert la Triton Spirotechnique qui était ma montre au quotidien jusqu’à la naissance de la Subphotique.

3/ L’objectif de l’enseigne dans 5 ans ?

Maintenir l’ADN de la marque autour de 3 modèles avec une distribution en Europe, Amérique du Nord, Japon et Corée.

4/ Que nous réservent les prochaines Triton?

Maintien de l’exclusivité et de la qualité. Le prochain modelé a l’ambition de proposer une vraie alternative aux 2 mythes de Gerald Genta, la Royal Oak et la Nautilus car ce prochain modèle aura également une lunette fixe. 

5/ Dernière question, le luxe absolu pour toi c’est quoi ?

C’est de trouver des marques qui proposent encore une démarche exclusive en restant fidèle à un ADN sans vouloir adresser tous les segments de marche (approche seulement mercantile). 

One Reply to “Triton, une enseigne pleine d’histoire”

Laisser un commentaire

Panier

Back to Top